BLOG DE PICORAGE SPIRITUEL

Qu’est-ce que l’église?

On peut lire le livre des Actes au chapitre 2, verset 42.

Ami lecteur ou lectrice, si vous fermiez les yeux un instant et tentiez de répondre à la question suivante : « qu’est-ce que l’Eglise ? », quelle image vous viendrait-elle à l’esprit ? Celle d’un bateau, où tous les membres d’équipage, solidaires, affrontent les tempêtes des déchirements et des crises comme les calmes plats des pratiques rituelles vidées de signification ? Celle d’un clocher rythmant les grands évènements de nos existences mais souvent oublié dans nos quotidiens encombrés ? Ou bien celle d’une chorale constituée de personnes différentes, uniques mais tentant, ensemble, chacune avec leur propre talent, de faire jaillir l’harmonie ? Et s’il fallait choisir un animal ? Une colombe, un aigle ? Un éléphant ? (certes lourd, mais fort, stable, et vivant longtemps….)

Imaginez l’Eglise, rêvez l’Eglise… est un exercice qui nous invite à voir plus loin que la réalité vécue, celle qui, parfois nous déstabilise ou nous décourage. Un exercice qui nous incite à désirer, à espérer, à définir ce qui nous semble essentiel… et à le mettre en œuvre pour que l’Eglise soit l’Eglise.

La Bible nous offre des images belles et variées pour évoquer l’Eglise.
On y parle de l’Eglise comme d’une maison, un lieu spacieux, où chacun peut se réfugier, y trouver une place, s’y sentir bien. Un lieu de paix à la fois protecteur et ouvert sur l’extérieur.
L’Eglise est également comparée à une vigne : dans l’évangile de Jean, elle se définit par l’attachement de chacun de ses membres au Christ, comme les sarments sont attachés au cep. L’Eglise, se fait ici discrète, humble, infiniment précieuse dans sa simplicité et dans sa vocation à grandir.

Enfin, l’image du corps est souvent utilisée par l’apôtre Paul pour évoquer l’Eglise. Elle permet de dire la diversité et la complémentarité de tous les membres. Comme les différentes parties de notre corps, chaque personne est reconnue dans sa singularité, elle a une place que nul ne peut lui ravir et contribue, avec le talent qui est le sien, au dynamisme de l’ensemble. Car le corps, comme l’Eglise, n’est pas fait pour demeurer immobile !
Qu’est-ce que l’Eglise ?

Les définitions les plus simples sont souvent les meilleures. Les premières communautés chrétiennes ont été confrontées à cette question ainsi qu’en témoigne le texte du livre des Actes 2, 42. Quatre caractéristiques essentielles sont évoquées : l’enseignement des apôtres, la communion fraternelle, le partage du pain et la prière.
Qu’avons-nous fait de cette définition ? Qu’en faisons-nous aujourd’hui ? Dans nos réalités et nos pratiques ecclésiales contemporaines, cette définition est-elle de l’ordre de l’histoire, de l’actualité ou de la « piqure de rappel » ?

Elle a le mérite de nous rappeler que l’enseignement est prioritaire dans l’Eglise. L’Eglise, créée par la Parole (Jean 1), commence toujours par des paroles. L’Eglise est un lieu essentiel de l’interprétation et de l’actualisation du texte biblique.
La communion fraternelle évoque ensuite un partage concret : que ce soit à travers l’entraide ou la collecte, l’Eglise est un lieu de solidarité.

La troisième « caractéristique » de l’Eglise se joue dans la « fraction du pain ». Belle expression, en-deçà de nos divergences d’interprétations de l’eucharistie/Sainte Cène, et qui a le mérite de rendre à ce moment son aspect quotidien et familier : l’Eglise, à l’image de la famille, est aussi ce lieu où l’on prend un repas ensemble dans la joie, la convivialité et la reconnaissance.

Enfin, « les » prières. Car il y a bien des manières de prier : seul ou ensemble, avec les mots les plus simples ou les plus élaborés, mais toujours avec cette disponibilité du cœur qui nous fait prendre un temps à part, pour Dieu, dans nos vies.

Pasteure Laurence Flachon

Share