Search
  • eglisedumusee

Au désert - Carême 2021

25ème jour – 18 mars

Le vingt-cinquième jour, l’ermite fit appel à son intelligence.


Il pensa :

« Hier, j’ai découvert que l’existence n’est pas égocentrique. Elle est un échange avec autrui.

Cette existence s’inscrit dans le temps et sa linéarité. Plus le temps s’écoule, plus j’avance dans l’existence.

Cependant, le temps n’est-il pas divisible ?

Si le temps n’était que présent, il me faudrait profiter de la vie en tous les instants qu’il me donnerait. Ma vie ne serait définie que par la succession incessante de moments aussi brefs que furtifs qu’il me faudrait vivre pleinement.

Si tel était le cas, alors Don Juan aurait raison.

L’important serait de jouir de l’instant puisqu’il n’y aurait rien d’autre.

Mais la désespérance s’empare de moi et me dit : le sens de l’existence n’est pas dans la ponctualité du temps mais dans sa durée.

Don Juan est plein de la mort, car le présent est comme l’instantané. Il est, et voilà qu’il n’est plus, il est déjà dépassé voire trépassé.

Don Juan est plein de la mort, car les présents qu’il a vécus sont autant de morts. Il n’a pas donné la vie. Il a fui le temps en voulant s’inscrire dans l’instant qui n’est que l’arrêt du temps… sa mort. »


L’ermite sentit qu’il avançait vers la solution.

à suivre tous les jours (sauf les dimanches) jusqu'à Pâques

6 views0 comments

Recent Posts

See All